Pierre Lapointe, Epicier d'ici

Dans cette série, notre collaboratrice Carolyne Brown part à la rencontre des Talents d’ici, nos commerçants phares qui prennent place au cœur du Mail Champlain. Partage, sincérité et proximité sont des mots qui résument ces entrevues. On vous invite à entrer dans leurs univers et découvrir l’humain qui se cache derrière chacun d’entre eux.


Rencontre avec Pierre Lapointe, Président et Chef de La Direction chez Groupe Mayrand Alimentation

COMMENT ÊTES-VOUS DEVENU UN ENTREPRENEUR ?


J’ai fait mes études en sciences alimentaires à l’université Laval. J’ ai d’abord travaillé au gouvernement pour agriculture Canada. Par la suite, pendant 11 ans, j’ai travaillé niveau de la production alimentaire pour plusieurs grandes entreprises. J’ai finalement décidé de me lancer en affaires parce que j’avais toujours cette fibre entrepreneuriale en moi et je voulais accomplir de plus grandes choses. Je me suis retrouvé dans la production de sirop d’érable. Donc, il y a toujours eu la production alimentaire autour de moi. En 2019, j’ai joint le Groupe Mayrand Alimentation.

Comment est née l'entreprise Groupe Mayrand Alimentation?

L’entreprise est née il y a longtemps, il y a 114 ans, par une famille de passionnés (la famille Mayrand) qui avait à l’époque des supermarchés et plusieurs marchés d’alimentation principalement à Montréal. En 1996, M. Le Rossignol a acheté Mayrand.

Quest-ce qui vous distingue? Quelle est votre marque de commerce ?

Notre offre est unique. Il n’y a personne qui offre ce que nous offrons, tant au niveau du segment que de la clientèle et du service. Notre offre est beaucoup plus large. On y retrouve tous les équipements de cuisine, les emballages et des formats qu’on ne retrouve pas dans les grandes chaînes. Nous avons au-dessus de 10 000 produits différents pour répondre à une vaste demande.

Quel est le plus gros défi que vous ayez rencontré dans votre carrière dentrepreneur ?

J’ai traversé beaucoup de défis, mais passer à travers la pandémie de COVID-19 en a été tout un. Il a fallu garder nos troupes motivées et tenter de se réinventer. On a perdu 70% des volumes de vente en début de pandémie en distribution. Il y avait deux côtés à la pandémie. D’abord, il y a eu beaucoup de pertes. Cependant, il y avait une demande tellement élevée qu’on ne pouvait pas répondre à celle-ci. Je me souviens que parfois on fermait à 18 heures, mais il y avait encore des clients jusqu’à 20 heures. Ça a été tout un défi de passer à travers la pandémie. C’est la capacité d’adaptation qui a fait la différence dans toutes nos équipes. La réouverture des restaurants fait du bien; ça remet le sourire dans le visage des gens.


Quel est le plus grand apprentissage que lentrepreneuriat vous ait apporté ?

J’apprends à tous les jours. J’ai commencé à gérer une équipe en 1980 et depuis, le mode de gestion a beaucoup évolué et est complètement différent. Ce qui me marque le plus, c’est cette évolution. Ça me surprend de voir que les générations et les cultures ont changé et la façon de faire s’est adaptée avec eux. Nous sommes à l’écoute de ce que nos employés nous disent et de leurs besoins. C’est un apprentissage et on doit s’y ajuster. Je dirais même que les jeunes générations ont de meilleures façons de penser que nous parce que nous, on glorifiait beaucoup le travail et maintenant on valorise les employés. On a des gens de tous les âges et de toutes les origines. Maintenant, les gens recherchent pour qui ils souhaitent travailler, pour quelles raisons et pour quels clients.

Quest-ce qui vous garde encore passionné?

Je pense être tombé dedans comme Obélix quand j’étais jeune! Quand je fais quelque chose, je le fais avec passion. J’ai des centres d’intérêts diverses, mais quand je tombe dans quelque chose qui me passionne, même à mon âge, j’ai encore cette même flamme qui m’habite le matin. Je n’ai même pas réveille-matin. Je me réveille seul et j’ai hâte de venir travailler le matin, de pouvoir faire quelque chose avec l’équipe et d’accomplir ça ensemble. Ce qui me motive, c’est l’équipe, parce qu’on va gagner ensemble. Je dis toujours que lorsque ça va mal, c’est ma faute et quand ça va bien, c’est grâce à tous. Je suis parti en affaires parce que je suis passionné. Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait avec passion et je pense que c’est à cause de ça que j’ai eu du plaisir dans la vie et que j’en ai encore.


Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un futur entrepreneur ?

D’être bien accompagné, c’est la première des choses. D’avoir une très bonne idée, ce n’est pas tout. Il faut être super persévérant, c’est l’une des premières qualités d’un entrepreneur. Tout n’arrive pas rapidement, ça peut prendre un certain temps. En tant qu’entrepreneur, la passion t’habite et c’est ton plus grand danger parce que ta patience peut tuer cette passion. Donc, il faut toujours croire en son rêve puis s’entourer de bonnes personnes qui vont t’aider. Si ton idée est unique et qu’elle te différencie des autres, tu as de grandes chances de réussir, surtout si la demande sur le marché est présente.

Quest-ce que les gens retiennent de votre entreprise ?

On offre un service très personnalisé; les gens sont accessibles. Nos employés sont vraiment engagés et passionnés. Aujourd’hui, j’ai passé deux heures dans le magasin, j’ai demandé à une cliente pourquoi elle aimait venir chez Mayrand et elle m’a répondu que la variété de fruits et légumes ne se retrouve pas ailleurs. Nous offrons des fruits et légumes exotiques. Je pense que les clients viennent pour l’offre, le service et parce qu’ils ont l’impression d’être dans un lieu professionnel.

Quel est votre secret le mieux gardé ?

Chez nous, c’est un peu comme une chasse aux trésors. Les gens qui ne sont pas habitués à venir chez nous sont étonnés de voir la variété de produits et ils reviennent parce qu’ils aiment toujours leur expérience. C’est un modèle d’affaires unique qui est à découvrir. Notre secret le mieux gardé est ce qui va venir, parce qu’on a une tonne de projets.

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour l’avenir ?

On veut continuer à croitre, à se faire connaitre et à servir les gens au Québec.